Réussite de l’Année académique 2017-2018 : Un petit miracle !

mardi 31 juillet 2018 Société & environnement


Moyennement satisfaisante dans l’ensemble, même si les résultats des différents examens cachent d’autres disparités, l’organisation des examens session 2018 traduit une certaine sérénité après des années de troubles sociaux dus particulièrement aux grèves dans le secteur de l’éducation nationale au Gabon.

Ni arrêt de cours pour cause de grève, ni perturbation quelconque durant l’organisation des différents examens de fin d’année dans les établissements primaires et secondaires du pays. Au Gabon, l’année scolaire qui vient de s’achever a plutôt été une sinécure pour les autorités qui n’ont pas subi les affres des précédentes années académiques. De nombreux facteurs expliquent cette tranquillité.
D’abord cette accalmie est à mettre à l’actif de la « Trêve sociale » négociée par le gouvernement au troisième trimestre de l’année dernière sous l’impulsion du Premier ministre, Emmanuel Issoze-Ngondet.

Présenté comme une « nécessité » face aux tensions sociales qui accablaient le pays, en plus de la crise alors en instance, la « Trêve sociale » tant recherchée devrait permettre au pays de réaliser ses objectifs de développement socio-économiques. Ainsi, « les ministres du pôle social (…) ont été instruits de tout mettre en œuvre pour engager des consultations en vue de faire aboutir dans les délais raisonnables cet important engagement ». Si certains syndicats tels que Dynamique Unitaire (DU) et la Conasysed ont été réfractaire à cette option arguant qu’elle devrait « brader les intérêts des enseignants sur l’autel de la corruption », toutefois ce « cessez-le-feu » a permis le bon déroulement de l’année scolaire 2017-2018.

Cependant, le secrétaire confédéral de DU, Louis Patrick Mombo est d’avis que cette réussite résulte plutôt de la crainte de représailles et non le respect de la trêve sociale. « Ils, (Ndlr : les enseignants) sont avant tout des agents publics de l’Etat. Ils sont donc régis par le statut général de la fonction publique ainsi que par le statut général des fonctionnaires qui les astreint à un certain nombre d’obligations sur le plan professionnel. C’est certainement cela qui explique la présence de ces enseignants aux différents examens de fin d’année 2018 en l’absence d’un appel officiel au boycott de la part de la Conasysed », soutient-il.


Michaël Moukouangui Moukala

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs