Santé alimentaire : Que mangeons-nous sur ces tas de ferraille ?

samedi 25 mars 2017 Santé


Communément appelé « Nike », les ailes de poulets cuites à la braise ont du succès auprès de nombreuses personnes à Libreville mais aussi dans l’ensemble du pays. Mais les questions d’hygiène dans certains endroits de fortune qui proposent ces mets devraient interpeler les pouvoirs publics. Car un bon nombre de commerçants utilisent des produits qui peuvent avoir un impact négatif sur la santé des populations, à savoir les objets en ferraille utilisés comme barbecue et ne respectent pas pour la plupart les règles élémentaires en matière d’hygiène.

Certaines personnes lui attribuent le nom de ‘’star’’, car pour elles, le poulet est la star dans beaucoup de cuisines au Gabon, mais aussi la star dans les rues de Libreville et ses environs. De par son moindre coût, ce dernier ne manquerait pas dans les cuisines gabonaises. Devenu l’un des aliments le plus consommé au Gabon, le poulet est vendu partout et sous toutes ses formes. Des cuisses aux ailes, ou en entier.

Mais la question qui se pose avec acuité est celle de l’hygiène dans ces différents endroits qui vendent en toute impunité des produits parfois impropres à la consommation. Ils sont parfois cuits sur des matériaux non appropriés, à savoir d’anciens récipients qui ont contenu des liquides qui peuvent s’avérer toxiques. Et sont utilisés comme barbecue. Que contenaient ces tonneaux ? Quels peuvent être les dangers sur la santé des populations ?

En effet, installés parfois à côté d’endroits insalubres, les commerçants n’hésitent pas à vendre à leurs clients des produits exposés au soleil, à la poussière, aux insectes et à tout genre de bactéries pouvant exister, car exposés à ciel ouvert. Avec tous les dangers qui peuvent en découler, ceci devient alors un problème de santé public sur lequel l’Etat devrait se pencher à travers l’organisation de contrôles d’hygiène dans les structures de restauration.

« Dans mon quartier, un homme de nationalité étrangère vend des « Nike » qui sont appréciés de tous. Le problème est que le monsieur ne prend pas soin de bien nettoyer le poulet. Un jour alors que j’étais dans la file d’attente, ce dernier s’est permis d’ouvrir un carton d’ailes de poulets qu’il a directement mis au feu sans les laver ni enlever les plumes au préalable à cause de la clientèle qui ne cessait d’arriver . J’ai été dégoûtée au point où je ne suis plus retournée acheter de la nourriture déjà préparée ni chez lui ni ailleurs car ils sont tous pareils » nous confie une cliente déçue.

Il serait temps que les autorités compétentes règlent ce problème. On se rappelle encore du scandale des cotis d’Ambowè où des excréments humains séchés avaient été utilisés comme épice pour attirer la clientèle, ou encore du lait caillé du Lycée de Sibang, ou des beignets du Lycée Jean Emane Eyeghe. Tous ces cas de figure devraient interpeler les autorités afin que des mesures strictes soient prises à l’encontre de ces commerçants dénués d’humanisme et prêts à tout pour augmenter leurs profits, et tout cela au détriment de la santé des populations.


Marielle Ilambouandzi

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs