Ils étaient à Washington… : Willy Conrad Asseko - commentaires