Sports : Bilan de l’année 2016, mi-figue mi-raisin

samedi 31 décembre 2016 Sport


Incarné par des disciplines comme le football, le basket, le handball, l’athlétisme, la boxe le taekwondo, le karaté, le scrabble et bien d’autres, le sport au Gabon a connu des fortunes diverses aussi bien sur le plan collectif qu’individuel en 2016.

C’est entre joie et tristesse dues aux résultats engendrés dans différentes disciplines telles que le football, basket, handball, taekwondo, boxe, scrabble, cyclisme et en athlétisme, pour ne citer que celles-ci, que les férus de sports au Gabon ont vécu l’année 2016. Le football gabonais n’a pas particulièrement brillé durant l’année qui tire sa révérence. Les Panthères qualifiés de facto pour la CAN 2017 qu’organise le pays du 14 janvier au 5 février prochain ont été plus décriées qu’appréciées par les fans, même si elles ont terminé en tête du groupe I, devant la Cote d’Ivoire. Au regard des résultats insuffisants, le coach portugais Jorge Costa et son staff ont tout bonnement été virés, cédant ainsi la place à l’Espagnol José Antonio Camacho.

Comme satisfaction, on peut noter l’arrivée en équipe nationale des franco-gabonais Denis Bouanga, Johan Wachter et le Gabono-Suedois Martinson Ngouali. Dans les autres catégories, ( Panthères U17, U21,) le Gabon a été éliminé lamentablement dans toutes les compétitions.

En club, le CF Mounana s’est illustré en Coupe de la CAF avant d’échouer aux portes de la phase de poule alors que Mangasport a été l’ombre de lui-même en Ligue des champions africaine. C’est en dents de scie que le National Foot a été organisé par la LINAF qui a vu le CF Mounana détrôner l’AS Mangasport.

Au niveau du football féminin, c’est aussi le fiasco. Malgré les moyens financiers déboursés par la Fifa, le football féminin est toujours quasi inexistant au Gabon. Malgré le championnat organisé à pied levé à Tchibanga par la Fégafoot, les Panthères du Gabon dames n’ont pu accéder à la Coupe d’Afrique 2016 au Cameroun après des lourdes défaites lors des éliminatoires face à leurs homologues d’autres pays.

Par ailleurs, le Gabon qui abrite la CAN a bénéficié de la construction de deux nouveaux stades notamment à Port-Gentil et Oyem en plus des réhabilitations des terrains d’entrainement et des anciennes installations. Le regret demeure cependant dans la non-homologation du stade Omnisport Omar Bongo dont les travaux lancés depuis plus de six ans ne sont toujours pas achevés.

Nonobstant ces résultats, le Gabon peut être fier de ses athlètes comme Pierre Emerick Aubameyang auteur d’une bonne saison avec Dortmund. Pour ce début de saison, le capitaine des Panthères totalise 16 buts au compteur en Bundesliga, tout en étant également prolifique en Ligue de champions européenne. Ballon d’or 2015, le fils d’Aubame Yaya est à nouveau pressenti pour remporter une deuxième fois consécutive le titre de meilleur joueur africain 2016, même si Riyad Mahrez et Sadio Mané convoitent également ce titre. Deuxième meilleur buteur de la saison dans le championnat allemand avec 22 buts, derrière le polonais Robert Lewandowski du Bayern Munich, Pierre Emerick Aubameyang a figuré parmi les nominés du ballon d’or UEFA de l’année 2016.

En handball, athlétisme, basket, karaté et cyclisme, aucun résultat satisfaisant. Normal, aucun championnat national n’a été organisé dans ces différentes disciplines vu que les fédérations se sont illustrées par des conflits d’intérêts et autres querelles intestines. Comme chaque année la Tropicale Amissa Bongo a connu un engouement particulier, même si une fois de plus les coureurs gabonais n’ont pas figuré sur le podium.

L’organisation du Marathon du Gabon en novembre 2016 qui a été remis dans la liste des compétitions IAF de grande facture reste la seule satisfaction pour ce qui est de l’athlétisme surtout après la mauvaise prestation aux JO de Rudy Zang Milama. Eliminé prématurément dans plusieurs compétitions dans d’autres disciplines, le Gabon a atteint la finale du championnat du Monde de scrabble classique grâce à Gildas Ingrid MADELA, battu malheureusement par l’ivoirien Abib ALABI à Agadir au Maroc en juillet dernier.

La boxe a quant à elle procuré de la joie au gabonais avec la victoire, le 17 décembre dernier de Taylor Mabika contre le Franco-algérien Benmakhlouf, champion du monde WBF sortant au stade d’Angondjé à Libreville même si l’instance fédérale est aussi engluée dans des conflits d’hommes opposant le président Sossa Simawango à ses anciens collaborateurs.

Discipline très attendue, d’abord aux Jeux africains, ensuite en Coupe d’Afrique et aux Jeux Olympique, le taekwondo incarné par Anthony Obame, ancien vice-champion olympique a véritablement déçu. A Rio au Brésil, le Gabon n’a pas fait mieux que sortir au premier tour avec son porte’étendard Antony Obame. Chez les dames, la jeune Maria Mouegha (-67kg), bénéficiaire d’une bourse olympique gabonaise et par ailleurs médaillée d’argent en Coupe d’Afrique, de bronze à l’Open de taekwondo du Luxembourg en juillet et récemment à l’Open de Paris en France où Anthony Obame a terminé sur la plus haute marche du podium. Cependant comme d’autres disciplines la Fédération gabonaise de taekwondo est freiné dans son élan par des conflits opposants ses dirigeants.

Le karaté n’a pas fait mieux que l’année dernière. Touché par des problèmes de leadership entre Dicka Paterne et la bande à Mafoumbi Wapacha, le karaté a été l’ombre de lui-même au Gabon. Considérée comme le vivier du karaté gabonais, la province de l’Estuaire est dirigée par un nouveau président en la personne de Nzanga Mapangou.

Néophyte dans l’environnement sportif gabonais, le rugby durant l’année 2016 a su s’imposer comme une discipline sportive à prendre au sérieux avec la qualification de son association nationale en Fédération à part entière. Ce qui a favorisé l’organisation d’un championnat de cette discipline avec en vue la formation d’une équipe nationale.

C’est avec joie que la nomination de Nicole Assele au poste de Ministre des Sports a été accueillie dans les milieux sportifs il y a quelques mois. Considérant qu’elle est ’’la personne qu’il faut à la place qu’il faut’’.

Ponctuée par de nombreuses mauvaises performances, les résultats sportifs pour le compte de l’année 2016 devraient interpeller les autorités sportives afin qu’elles mettent en place des nouveaux mécanismes en 2017.


PIN

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs