Tournée de Jean Ping : Que faut-il en attendre ?

mardi 7 mars 2017 Politique


Tandis que le dialogue politique national version Ali Bongo Ondimba, est attendu dans les prochains jours, la tournée antidialogue entamée par Jean Ping la semaine dernière dans la province du Woleu-Ntem, laisse déjà présager d’une autre bataille entre les deux rivaux autour de cette grand-messe politique.

C’est un nouveau front qui vient d’être ouvert par l’ancien candidat de l’opposition à la dernière élection présidentielle du 27 août dernier, Jean Ping, dans le bras de fer post-électoral, qui l’oppose à son rival, Ali Bongo Ondimba. Après la publication du rapport de l’Union européenne, après le combat pour la résolution des députés européens, place désormais à une campagne contre le dialogue que s’apprête à organiser l’actuel Chef de l’Etat. Il s’agit en réalité pour l’ancien président de la commission de l’Union africaine, de sillonner le pays, et d’appeler ses partisans, comme il sait d’ailleurs le faire depuis le début, à la résistance. Résistance contre le pouvoir d’Ali Bongo, mais surtout résistance contre le dialogue que ce dernier s’apprête à organiser, avec son gouvernement et tous ceux des opposants, qui se sont déclarés favorables à cette table ronde.

Pour Jean Ping, le dialogue de son adversaire n’a d’autre fin que la recherche d’une légitimité pour mieux asseoir son pouvoir qui en souffre tant. C’est pourquoi, il tente de faire ombrage à l’événement en essayant de mobiliser et de sensibiliser au maximum ses partisans contre toute tentative pour eux de prendre part à ces assises. Au fond, Jean Ping après avoir catégoriquement décliné l’offre de la discussion à lui faite par son rival, ne souhaite pas voir cette rencontre aboutir. Ce qui risquerait de lui porter préjudice et de l’isoler au cas où ledit dialogue venait à aboutir sur un compromis entre les différents participants par rapport aux points litigieux tels la limitation à deux du nombre des mandats présidentiels, l’élection à deux tours, la réforme de toutes les institutions concernées par le processus électoral. D’où l’activisme acharné de l’opposant faisant désormais feu de tout bois pour tenir en échec l’ouverture subite au dialogue d’Ali Bongo. Surtout qu’il sait lui-même que l’élection de son rival du point de vue occidental est entachée de doutes.

Quoi de plus normal que discréditer et d’enfoncer le clou d’une réélection largement dénoncée comme la plus chaotique que le pays ait jamais organisé jusqu’ici. Mais cette campagne anti dialogue pourra-t-elle réellement compromettre les chances de réussite de cette rencontre politique que les uns et les autres vaticinent ici et là comme la plus salvatrice du merdier post-électoral ? La question reste posée.


Charles Nestor NKANY

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs