Tournée provinciale de BLA : Le messager aux combinaisons politiques

lundi 23 septembre 2019 Politique


C’est du moins le constat qui se dégage désormais de cette tournée dite provinciale du directeur de cabinet d’Ali Bongo, Brice Laccruche Alihanga, qui, dit-on par délégation des pouvoirs, a pris son bâton de pèlerin pour aller s’enquérir des carences du développement du Gabon. Car derrière l’accueil officiel et les poignées de mains parfois hypocrites, les réceptions de soirées prennent, elles aussi, un tournant déterminant avec les doléances d’anciens cadres locaux, écartés des affaires.

Dans les rangs des quémandeurs déchus, figurent pêle-mêle des anciens barons de la majorité et de l’opposition comme Frédérick Massavala Maboumba, le désormais ex-porte-parole de la coalition de l’opposition pour une nouvelle république de Jean Ping. Les photos qui circulent, montrant l’homme à la table des conciliabules avec Alihanga, témoignent que l’homme sorti de prison en juin dernier, après 19 mois derrière les barreaux pour entre autres, "troubles à l’ordre public", a décidé désormais de tourner la page de la contestation de la victoire d’Ali Bongo, qui jusqu’ici ne lui a rien apporté, si ce ne sont que des ennuis.

Jean Ping a dû certainement écarquiller grandement ses yeux pour voir s’il s’agissait réellement de Massavala Maboumba qu’il a connu jusqu’ici pour ses critiques acerbes contre le pouvoir de Bongo. Mais tout cela n’est plus que de l’histoire ancienne. La politique sous les tropiques est avant tout une lutte contre la faim, donc une lutte pour ses propres intérêts. Et Maboumba n’est pas jusqu’ici le seul qui a capitulé, la queue entre les jambes. Car avant lui, depuis 2016, il y a eu Ndemezo’o Obiang, Maganga Moussavou, Moukagni Iwangou, Menga M’Essone, qui, après moult insultes abominables contre un Ali Bongo "usurpateur" et "voleur de victoire", ont fini, par jurer devant la cible autrefois désignée, la main sur le cœur, de lui être fidèle, et de le servir « loyalement ».

Les nouveaux équilibres

Désormais, toute honte bue, assis à la mangeoire, ils ont décidé de marcher avec l’ennemi commun d’hier et de se plier au diktat de la solidarité gouvernementale. ’’On ne parle pas quand on a la bouche pleine’’, dit l’adage. Et au terme de cette tournée, les prochains conseils des ministres devraient être déterminants, pour tous les égarés qui, après avoir vertement critiqué le pouvoir et tous ses avatars, ont finir par saisir la balle au bon, au passage du messager d’Ali Bongo, en faisant des courbettes pour une seconde chance. Dans le lot, on y trouve l’ancien ministre des Eaux et Forêts, Guy Bertrand Mpangou, emporté il y a quelques mois par les vagues du scandale présumé du Kevazingo. On compte aussi un autre ancien tout puissant ministre, Yves Fernand Manfoumbi, déchu pour avoir prouvé ses talents en danse Ikokou à Ndendé. Même un ancien ministre emprisonné pour détournement de fond publics, Etienne Dieudonné Ngoubou, a lui aussi vite fait de venir saluer l’envoyé du président au pied de son avion.

Bref, si cette tournée du dircab présidentiel avait commencé timidement par le Haut-Ogooué, elle est devenue pour l’ensemble de la classe politique, à quelques exceptions près, un tournant, mieux, une occasion à ne pas rater. Puisqu’à Libreville, des réunions des cadres des localités concernées se succèdent pour remporter la palme d’or de la mobilisation. Car, le président Ali Bongo lui même n’étant plus trop au devant de la scène, tout le monde semble avoir déjà compris que le pouvoir de propositions aux nominations se trouve désormais aux mains du messager. C’est là toute la différence entre la politique des valeurs, d’idéologies et la politique du ventre. Et la tournée provinciale de BLA par procuration aura donc eu le mérite de redéfinir les équilibres politiques en vogue dans le pays, n’en déplaise à Jean Ping et autres radicaux.


Leno KOLEBA

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs